Κυριακή, 19 Μαΐου 2013

Τιμώμενη χώρα: Συρία


Σε μια άλλη χώρα, σε μια άλλη διεθνή έκθεση, αν δεν τα είχαμε χάσει όλα κι απλά τρέχαμε να προφτάσουμε αυτούς που προπορεύονται, αντιγράφοντας  αδέξια  φανφάρες και  παράτες, ίσως τιμώμενη χώρα να ήταν η ΣΥΡΙΑ, ίσως να  αποφασίζαμε έστω και τώρα , τόσο αργά, να κατανοήσουμε, τους γύρω μας πολιτισμούς  κι ίσως είχαμε την ευκαιρία να γνωρίσουμε τον ποιητή της Nizar Kabbani :






Et les âmes naïves racontent 
Que je suis entré dans le boudoir des filles 
Pour n'en plus ressortir. 
Ces gens réclament qu'on dresse pour moi l'échafaud 
Parce que j'ai chanté 
De ma bien aimée la beauté. 

Moi, je n'ai pas comme d'autres 
Fait commerce de haschish 
Ni volé 
Ni tué, 
Mais en plein jour j'ai aimé. 

Ai-je donc pour cela Dieu renié ? 
Les âmes naïves disent de moi 
Que mes poèmes 
Des enseignements du Ciel se sont écartés. 
Qui a dit que l'amour a attenté 
A l'honneur du Ciel. 
Le Ciel est mon ami : 
Il pleure quand je pleure 
Et il rit 
Quand je ris. 

Les étoiles, leur éclat augmente, 
Si un jour je suis amoureux. 
Qu'y a-t-il donc d'aberrant 
Quand je chante 
De ma bien aimée le nom ? 
Et quand je le sème à tous vents 
Comme une forêt de châtaigniers. 
Je continuerai ce commerce, 
Comme tous les prophètes 
Je continuerai, aède, 
A chanter l'enfance, 
A chanter 
La pureté et l'innocence, 
Je continuerai à décrire les beautés 
De ma bien aimée 
Jusqu'à fondre sa chevelure d'or 
Dans l'or des soirs. 

Moi - et je souhaite rester moi- 
Enfant qui barbouille comme cela l'enchante 
Les façades des étoiles 
Jusqu'à ce que l'amour dans ma patrie 
Devienne comme l'air qu'on respire, 
Et que je devienne le dictionnaire 
Des étudiants de l'amour passionné 
Et que je devienne moi 
L'alphabet balbutié 
Sur leurs lèvres.


Nizar Kabbani (21 March 1923 – 30 April 1998)



Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου